La France, ses racistes et ses noirs (1)

Comme il fallait s’y attendre, l’élection de Barack Obama a suscité de nombreuses réactions en France. Et comme il fallait encore s’y attendre, La France n’a pas raté l’occasion de renouer avec ses vieux démons. Les fameux « Noirs de France », ceux-là même qui n’existent pas, ou bien quand ils existent, ce n’est que pour être « un problème ».

Pour s’en convaincre, il suffisait de regarder sur France 2 lundi dernier (17/11/2008). L’émission Complément d’enquête du soir a pour titre « Noirs, la révolution Obama ». Et elle commence pourtant bien avec un reportage sur James Fields, ce pasteur noir qui a réussi à se faire élire à Cullman, un comté historiquement raciste de l’Alabama. Un vrai pionnier. Mais dès que l’on quitte les Etats Unis, ça commence à se gâter. D’abord en Afrique du Sud, le reportage nous montre cet ingénieur noir, dont la réussite aurait eu pour conséquence de plonger dans le dénuement ce pauvre couple de blancs sans formation et sans diplôme, qui pourtant avait un niveau de vie plutôt confortable du temps de l’apartheid. Ah qu’il était beau, le temps passé! Et ils ont appelé ça « la revanche des noirs ». Etait-ce donc cela le sens du combat de Nelson Mandela?

Et lorsqu’on retourne en France, on retombe inévitablement dans les mêmes clichés. Les noirs on les classe en trois catégories. Ceux qui n’existent pas au PS, ceux qui se mettent à quarante pour injurier un policier mourant sur l’île Saint Martin, et ceux qui s’en prennent aux juifs en banlieue. Allez donc y chercher un futur Obama. Lorsqu’on laisse la parole aux quelques uns qui ont « réussi », c’est pour entendre des banalités affligeantes du genre « la couleur de la peau ne détermine pas une personnalité » (tiens donc, quelle découverte! qui l’aurait cru?), et des points de vue sans aucune cohérence les uns avec les autres. En prime, en fin de reportage, on a ce gentil blanc qui essaie de faire comprendre à ces pauvres gamins de banlieue que dire « sale juif », ce n’est pas bien. Contrairement à « sale arabe » ou « sale noir »? C’est la réplique de l’un des jeunes, à laquelle ce reportage n’apportera malheureusement pas de réponse. Comme d’habitude, pas un seul mot sur ces milliers de noirs honnêtes, qui par grâce à leur dur labeur quotidien contribuent à faire avancer ce pays.

5 réflexions sur “La France, ses racistes et ses noirs (1)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s