Trouble sleep, Yanga wake am

Il s’appelait Fela Anikulapo Kuti, et de mémoire d’Africain, aucun musicien n’aura jamais autant marqué son époque. Il s’appelait Fela, et aujourd’hui je passe rarement une journée sans l’écouter. The Black President.

Trouble sleep, Yanga wake am.

Ceci est un extrait de l’album Red Hot+Riot, sorti en 2002 en hommage à l’artiste. Avec les voix de Baaba Maal et Taj Mahal.

A l’instar de Red Hot+Riot, de multiples hommages ont déjà été rendus à Fela, ou plus précisément à son oeuvre musicale. Par contre, je trouve que son message est en train de se perdre. Et c’est dommage, parce qu’à mon avis, c’est l’un des très rares Africains à avoir mené le juste combat, et surtout sans jamais faillir malgré tout ce qu’il a pu subir.

Promis, un de ces quatre, lorsque l’inspiration sera au rendez-vous, je prendrai ma plus belle plume pour lui offrir mon humble hommage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s