Élu(e)s ..

Du Peuple.

Il y’a quelques temps, j’ai rencontré tout à fait fortuitement un brada originaire de ce que les tanganns ont appellé « l’Angola ». Nous avons un peu divéré et il se trouve qu’il est (aussi) panafricain, très favorable à une langue commune africaine de travail. Ca m’a fait du bien de me rendre compte que certaines idées ne semblent pas farfelues à tout le monde. Enfin bref, *passons*

Il avait un point de vue assez interessant sur le choix de hauts responsables qui ont à charge les affaires publiques (membres du gouvernement, dirigeants d’entreprises publiques, hauts fonctionnaires internationaux, etc..)

Eh bien d’après lui, ne devraient avoir le droit d’occuper ces postes, que ceux qui auraient déjà été élu au moins une fois dans leur vie à un poste électif (conseiller municipal, maire, député, gouverneur, etc).
Parce que comme cela, ils pourraient se targuer d’une certaine légitimité venant du peuple.

En bon camer qui se respecte, toujours prompt à la contestation, j’ai naturellement émis une ‘chtite objection. Déjà que c’est pas facile de trouver des bons, si en plus il faut ajouter des conditions. Eh bien il proposait, comme exception à la règle, que la désignation de ceux qui n’avaient jamais eu de mandats électifs devrait être soumise à l’approbation de l’assemblée, qui est l’émanation du peuple.

Je ne sais pas, mais quelque part, j’ai quand même l’impression que c’est un peu trop de formalités.

En plus, y’aurait-t-il pas une immiscion du pouvoir législatif sur le pouvoir executif? Quoique, l’executif nomme bien des responsables législatifs ou judiciaires lui! Alors pourquoi le legislatif n’aurait-t-il pas droit de véto sur ces nomminations?

4 réflexions sur “Élu(e)s ..

  1. Je ne vois pas ou serait le problème de soumettre les futurs ministres (et uniquement eux d’ailleurs…) à un interrogatoire serré avant d’être installés, histoire que l’assemblé nationale valide au moins la compétence de ceux qui prétendent diriger les affaires courantes du pays, un peu à l’image de ce qui est fait au niveau de la commission européenne. Mais cela repose bien sur la question du choix de leur meneur d’équipe, le Premier Ministre.. heu le président

  2. @Eddy,
    Le cousin de Savimbi là n’a pas tord mais je pense qu’il faut segmenter les conditions. D’un coté on peut mettre les postes à responsabilités accessibles apres avoir été élu au moisn une fois. Par exemple gouverneur de province ou délégué du gouvernement. Et de l’autre passer devant les élus du « peuple » comme au USA pour se faire avaliser quoi par exemple pour les dirigeants des grandes sociétés.

  3. Au fait les gars,
    le pouvoir législatif est élu.
    le pouvoir executif est élu également (du moins les têtes: president, chancelier, gouverneur, maire, etc..)
    Pourquoi le pouvoir judiciaire ne devrait-t-il pas être élu lui aussi?
    Je pense qu’on devrait élire tous les membres de la cour suprême au suffrage universel.

    @Etum,
    je suis absolument du même avis.

    @lepetitn,
    lol je sais pas pourquoi, mais ton « interrogatoire serré » là. Hum, je te peur..

  4. Attention @Eddy, tu pourrais devenir américain hein?

    Aux USA , tous les grands postes sont proposés par le président, et validé par le Congrès (ou le Sénat, je ne sais plus).

    Mais, l’idée que les grands dirigeants devraient avoir été élu ne fera pas diminuer la gabégie, la corruption, etc…. Je ne vois même pas comment.
    Savez-vous que si le Cameroun met actuellemnt en place le Sénat, plus de 70% des sénateurs seraient du RDPC?
    L’AT a la majorité absolue, donc, que Biya les nomme ou que l’AT les nomme, ça ne change rien..

    De plus, les américains constatent que ce genre de procédures au niveau global peut bloquer la bonne marche politique du pays. 6 mois après son élection, Obama n’avait toujours pas nommé 50% de son gouvernement, parce que sa courte majorité au Congrès n’a pas suffi à faire passer ses choix. Il y’a des postes locaux de magistrats que le président nomme (enfin, son staff quoi) et il y’a des validations intrmédiaires à faire.

    Mais, je pense définitivement qu’il faille des institutions fortes, à la place d’hommes forts. Il faut cultiver certains principes dans l’esprit des populations, de manière à ce qu’au final, ce soit elles les garantes de la pérennité de la Nation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s