Camerounisation des dirigeants ..

d’entreprise, huh?!

Je lisais un article du Messager qui faisait état d’une proposition de projet de loi pour la « camerounisation des dirigeants de grandes entreprises au Cameroun ». And i was like WHAT THE FU..!?

Qu’est-ce qu’on en a foutre si la directrice, le directeur de telle ou telle société est camerounais(e) alors que la société est détenue par des capitaux étrangers? Au lieu de perdre du temps dans ce genre de projets qui ne veulent rien dire, *no offense intended*, il serait plus urgent de voter des lois permettant au plus grand nombre de camerounais d’accéder à l’entrepreunariat, sans être pris dans le tourbillon des dédales de procédures administratives ni axphysiés par les charges fiscales.
Il serait plus urgent de permettre, par un judicieux encadrement, encadrement legislatif entre autres, de permettre à des PME camerounaises, de naitre, grandir et devenir global players dans leur domaine.

Ce sont les entreprises qui doivent etre camerounaises, parce que c’est ca qui développe le tissu industriel d’un pays et assoit sa puissance économique. La nationalité du CEO, on s’en fout, ca n’ajoute mm pas hap sur notre PIB!!!!
Come on now, be real. Le plus important c’est pas qui « pilote » la voiture, mais à qui elle « appartient ».

ps. et accessoirement, il faut oublier ces nationalités du colon là et penser africain.

Lien:
1. Article du Messager sur le projet de loi relatif à la camerounisation des postes

Publicités

La preuve par l’adversaire(*)

Voici un bon bout de temps déjà que j’avais arrêté de m’intéresser aux débats des camerounais, surtout ceux de la diaspora, sur les sujets qui touchent à la situation de notre pays. J’avais arrêté, ou alors je suivais ça de loin, parce qu’un simple coup d’oeil permettait généralement de faire le même constat: rien de nouveau. Ou alors, un de temps à autre qui trouvait une façon encore plus originale de profiter de la pluie pour chier dans le torrent. Depuis quelques jours cependant, ces sujets reviennent aux devants de mes préoccupations parce que pour la première fois depuis très longtemps, vraiment très longtemps, j’ai lu quelque chose de nouveau, mais aussi de pertinent les concernant.

L’article est sur le net depuis quelques jours déjà. Il est signé de Suzanne Kala Lobé, journaliste camerounaise. Sur cameroon-info.net, l’article compte 121 réactions à l’heure où j’écris ces lignes, signe qu’il a touché quelque part où à défaut de faire mal, il fait au moins réagir. Et comme il fallait s’y attendre, il s’est trouvé dans la diaspora quelques plumes pour  user du droit de réponse. On trouve les réactions, du moins celles dont j’ai eu connaissance, , , et enfin . Après les avoir lues, je m’auto-proclame un instant juge pour disqualifier les deux premières pour coups en dessous de la ceinture, et la troisième pour hors sujet. On va donc s’intéresser uniquement à la dernière, ou plutôt à un détail dans la dernière que j’ai trouvé assez révélateur.

Avant d’y arriver, je crois qu’on aura tous compris que je souscris presqu’entièrement au propos de Suzanne Kala Lobé, à la différence que je ne logerais pas toute la diaspora à la même enseigne. Il en existe qui mènent des actions remarquables au pays, obtiennent des résultats encourageants voire satisfaisants. On doit toutefois reconnaître que ces cas tiennent plus de l’exception que de la règle. Donc disé-je, un détail dans le dernier article a attiré mon attention; disons plutôt deux détails, puisqu’il s’agit des deux derniers points du mémorandum(**), que je reprends ici.

– aménager des centres d’exploitation et de financement par la diaspora de grands projets au Cameroun (usines, etc.)
– faciliter les Camerounais de l’extérieur à investir au Cameroun, agréments rapides, titres fonciers.

Ces deux lignes suffisent amplement à donner raison à Suzanne Kala Lobé. Parce que c’est vraiment mal connaître le camerounais, mal connaître ses manies, et mal connaître son rapport à la diaspora et son rapport à ce qui relève du pécuniaire, que d’imaginer qu’il va se lever un matin et octroyer comme-ça, sans contre-partie aucune, des avantages exclusifs à la diaspora. Pour illustrer, il y a des camerounais qui ont proposé, plusieurs fois, à des responsables d’universités, de venir partager gratuitement leur savoir avec des étudiants, sous forme de travaux dirigés express ou de conférences. Chaque fois qu’ils ont reçu des réponses, ça a été pour leur opposer un refus catégorique, pour des motifs divers.

Derrière cette première erreur se cache une autre, et il s’agit là d’un avis personnel. Qu’on se le dise, être de la diaspora, quelque soit la définition que l’on donne à ce terme,  ne relève en aucun cas du mérite. Contrairement au fait par exemple d’avoir obtenu un diplôme d’une université reconnue, d’avoir fait ses preuves dans une entreprise reconnue, dans un domaine reconnu, ou bien d’avoir soi-même monté une activité pérenne. Dès lors, obtenir des avantages de quelque nature que ce soit sur la seule base de cette particularité relève de l’arbitraire et de l’injustice, qui sont justement ces maux qu’il est de bon ton de dénoncer dans la diaspora lorsqu’on discute de la situation du Cameroun.  On peut s’étonner dès lors qu’en même temps qu’on demande des changements, que l’on affiche, très certainement de façon inconsciente, des comportements qui sont ceux qu’on affirme vouloir changer. On peut même se demander si cela ne dérive pas d’un certain complexe de supériorité de la diaspora; mais je laisse cette question à des spécialistes du comportement humain. Il n’en demeure pas moins, pour ceux qui connaissent un peu le Cameroun, qu’il suffirait de donner cette impression lorsqu’on s’y trouve pour que les barrières les plus insoupçonnées de lèvent pour bloquer des initiatives, aussi brillantes soient-elles.

Je vois d’ici les mauvaises langues me tomber dessus en hurlant à la mort, et me classant illico dans leurs longues listes des gens qui parlent, mais ne font rien. Alors, je propose comme ça que dans le mémorandum sus-cité, que l’on demande des facilités à investir pour tout camerounais, quelque soit son pays d’attache (y compris le Cameroun donc), désireux d’investir dans son pays, pour peu qu’il ait fait montre de réelles capacités à mener le projet qui est le sien. Et de même, lorsque l’on se bat, que ce soit pour tous les camerounais sans distinction. En pratique, on en reviendra finalement au même point, car la puissance de frappe financière et intellectuelle de la diaspora camerounaise n’est plus à démontrer. Cependant, on aura évité de froisser la susceptibilité de gens dont la capacité de nuisance n’est pas non plus à démontrer.

(*) La preuve par l’adversaire, c’est ce qui arrive lorsqu’une personne souhaitant combattre une idée se comporte dans le même temps, très souvent de façon inconsciente, de façon à la conforter. Je n’ai pas cherché, mais je doute fort que ce concept ait été ainsi nommé avant que cet article ne soit écrit.
(**) Je n’ai pas très bien saisi au nom de qui l’auteur parle en disant notre mémorandum. Du coup, je parle simplement du mémorandum.

La stratégie la plus naze

C’est la cacophonie au sein des Lions indomptables. Un entraîneur qui a littéralement pris les sissonghos, quatre entraîneurs adjoints qui se prennent pour autant de sélectionneurs, un ambassadeur itinérant qui sème la zizanie en disant tout haut des choses qu’il aurait mieux fait de garder pour lui.

Apparemment, l’encadrement des Lions essaie de tester une méthode de préparation qui consiste à foutre le plus de bordel possible en mêlant irresponsabilité et incompétence, en espérant que les joueurs auront « une réaction d’orgueil » -dixit cet article– qui va les faire remporter leur match.

N’est-ce pas là la stratégie la plus naze qu’une équipe de football ait jamais mis sur pied pour préparer un match? Le pire c’est que, le Cameroun étant le Cameroun, et rien d’autre, il est possible que ça marche.

La licorne dans ..

la mythologie.

Je viens d’apprendre que les forces francaises qui ont participé à l’agression militaire de la Cote d’Ivoire en 2004 vont vider les lieux. Je présume que vous vous rappellez tous de cette fameuse opération licorne au cours de laquelle la vaillante soldatesque a massacré des civils désarmés à l’Hotel Ivoire.

Dans la mythologie des tanga’ans, la licorne est une sorte de cheval doté d’une corne au milieu du front.
Une autre particularité de la licorne, c’est qu’elle entretient une relation singuliere avec un animal donné:

– elle le déteste cordialement.
– elle a le sabot suffisamment dur et aigu et la corne suffisamment acérée pour se battre contre lui.

Cet animal objet de sa haine, je vous le donne en mille, c’est ..
l’éléphant.

Premeditated ..

thought!

The Furuvik Zoo in Sweden reported that a chimpanzee by the name of Santino was able to sort of plan the future. They found out that he collected stones and then threw them later at zoo visitors.

I am not really surprised. I remember years ago, after we had watched the movie « Planet of the Apes » for the first time, my friends and i had a debate until late in the night, about intelligence by so called « animals » (i hate this term!) in general, and by chimpanzees in particular.
For me it was clear, and still is, that they are far more intelligent than we imagine.

I wonder if chimpanzees have a concept of god, like humans do.

Le secret..

BANCAIRE!

Parfois je me demande si c’est moi qui suis fou. Ou bien c’est des choses de richoux (riches) que de toutes les facons je ne peux pas comprendre, foiré que je suis, avec mon compte bancaire débiteur.

Avez-vous eu vent il y’a quelques mois de cette action des services secrets allemands qui ont acheté à un ancien employé d’une banque du Liechtenstein un DVD avec les données de plusieurs centaines de fraudeurs du FISC?
Eh bien, tenez-vous bien, à l’époque, le Liechtenstein n’était poo content du tout, oh non! Quand je vous dis poo content, c’est pas les divers. Les mecs sont allés jusqu’à parler de « méthodes de la Gestapo », et prendre la décision de ne plus embaucher d’allemands. Loool. vi vi, vous avez bien lus. Nerveux ils étaient.

Je rapelle, pour les dormeurs du fond: il s’agit de données concernant les FRAUDEURS du fisc, ce qui est loin d’être une bagatelle, parce que vous pouvez faire de la prison ferme pour ca.

Eh bien, on r’met ca, cette fois ci du côté suisse. Figurez-vous que si vous enquêtez sur des voyous financiers et que vos investigations vous mènent du côté helvétique, eh bien vous vous heurterez à un mur. Les « spécialistes financiers » appellent cela « secret bancaire ». C’est un peu comme si la douane d’un pays disait: venez passer la frontière chez nous, ici personne ne vous demandera les factures de vos marchandises.

Attendez c’est pas tout. Non seulement on veut pas savoir d’où ca sort, mais en plus, si la justice venait à fouiner son nez dans vos affaires, eh bien nos chers suisses ont prévu le kata qui tue: secret bancaire. Tan daaaan !!
Et du côté de la suisse là bas, on en est très fier. Si si, je vous jure. Ils sont fiers d’avoir une loi qui rend difficile le pistage de fonds douteux et protège les criminels à cols blancs. [C’est ici l’occasion pour moi de vous recommander la lecture du livre de Jean Ziegler: « la Suisse lave plus blanc »]

Oui sauf que, comme on dit, 99 jours pour le bandit, un jour pour le policier. Nessa voilà un beau matin la justice américaine qui arrive cougna cougna et frappe à la porte bancaire suisse…
(JA, Justice Americaine) kong kong kong !!! [aka toc toc toc, si vous preferez]
(… Une Banque Suisse) – c’est qui ?! [pour trouver la banque, remplissez vous mm les pointillés, lol]
(JA) C’est la justice de l’oncle SAM, je piste 250 délinquants là, qui ont fraudé le fisc chez moi et dont tu as accueillis les milliards à bras ouverts. Envoie moi leurs noms et le contenu de leurs dossiers.
(…) Gna gna gna secret bancaire, gna gna gni on peut pas donner les dossiers comme ca.
(JA), ah bon hein, beh c’est très simple, tu peux dire adieu au marché américain. Va faire ton secret bancaire chez ta grand-mère.
(…) Heu grand, grand bao attends, attends. Hey donc c’était toi, je ne t’avais pas reconnu, entre, entre. Voici les noms, prends cadeau. J’ajoute même encore 780 millions de dollars sur ca, pour ton carburant comme tu t’es déplacé toi-même bao.

Et bien sûr chez les « financiers » là bas, c’est le tollé général. C’est à peine si on ne parle pas de régime dictatorial et d’atteinte aux droits de l’homme. Quelle ridicule fumisterie..

ps. désolé de ne pas donner de lien, je préfère pas. Mais une recherche sur le net devrait vous permettre de tomber assez rapidement sur les journaux, blogs, forums etc qui en parlent.
Les mots clés sont: justice américaine, fisc, suisse, 780 millions de dollars

La France, ses racistes et ses noirs (2)

Il y a un titre qui envahit depuis peu le web francophone. Au choix, on peut trouver « Eric Zemmour réhabilite les races », « Eric Zemmour distingue les races », etc. Curieux, je cours comme tout le monde voir la vidéo, et après je n’ai pu m’empêcher de me dire, chapeau M. Zemmour. Parce que ce qui ressort clairement du bout de vidéo visible sur le net (je n’ai pas pu voir toute l’émission), c’est que M. Zemmour est beaucoup plus malin que deux catégories de personnes au moins. Dans la première, ces pseudo-scientifiques qui ont « découvert » que les races n’existent pas. Au mépris de cette règle élémentaire que l’on apprend depuis le collège, et qui dit que tout ce qui est observable a une explication scientifique. Mme (ou Mlle?) Diallo est noire, M. Zemmour est blanc. Cela se voit, donc il y a une explication scientifique. Au lieu d’établir cette vérité, de démontrer clairement que cette différence n’a rien à voir avec ce que l’on a défini comme les races, de démonter méthodiquement cette théorie qui avait établi le lien entre la couleur de la peau et l’intelligence, de mettre des mots sans préjugés et sans amalgames sur cette vérité, il s’est trouvé des génies de la génétique pour « découvrir » que nous sommes tous pareils, noirs, blancs, jaunes ou rouges.

Dans la deuxième catégorie bien sûr, on trouve tout ceux qui croient à ce genre de théorie, que pourtant on peut aisément qualifier de non sens. Et c’est ce que Eric Zemmour a su faire avec habileté. Comme tous ceux qui avant lui ont soutenu des idéologies douteuses, il s’appuie sur un fait facilement observable, profite en plus d’une brèche laissée grande ouverte par les pseudo-vérités scientifiques sus-citées, pour glisser doucement vers des conclusions qui si l’on n’y prend garde, peuvent paraître logiques. C’est très fort M. Zemmour! J’en ai presque de la compassion pour vos interlocuteurs qui essayaient lamentablement de placer un « mais les races n’existent pas, la génétique l’a prouvé ». Les pauvres.